Sans information, pas de réconciliation


RDC: Kabila demande à ses proches de lui chercher un "dauphin"

1 min 22Temps de lecture approximatif

Le président congolais Joseph Kabila a demandé à ses proches de lui chercher un dauphin en lui suggérant quatre noms à l'approche de la date-butoir du 8 août en République démocratique du Congo, a-t-on appris lundi auprès de membres du gouvernement et de la majorité présidentielle.

"Il veut que chaque regroupement (politique) lui propose quatre noms dans les 48 heures, afin qu'il choisisse le candidat du Front commun pour le Congo (FCC) à la présidentielle", a déclaré à l'AFP un ministre qui refuse d'être cité en cette période ultra-sensible.

Le président Kabila, qui ne peut pas briguer de troisième mandat, affirme qu'il respectera la Constitution sans jamais évoquer la question de son successeur.

Ses adversaires l'accusent de chercher une stratégie pour rester au pouvoir. Les forces politiques doivent déposer au plus tard le 8 août leur dossier de candidature pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.

Le "dauphin" devra remplir une liste de onze critères énoncés par le chef de l'Etat, a précisé à l'AFP un autre ministre issu de l'opposition, toujours sous le couvert de l'anonymat.

Toutefois, M. Kabila "n'a pas dit expressément qu'il n'était pas lui-même concerné par ces critères", a précisé un chef de parti qui a pris part à la rencontre. Trois autres participants ont déclaré la même chose.

Commencées samedi, ces consultations se sont poursuivies lundi, selon au moins six responsables de la majorité et du gouvernement interrogés par l'AFP. 

Lundi, le président Kabila a consulté notamment le groupe du ministre des Médias Lambert Mende, selon une source de la présidence interrogée par l'AFP.

La veille, le président Kabila "a consulté le PPRD (parti présidentiel)" dans sa ferme de Kingakati dans la banlieue de Kinshasa.

Le Front commun pour le Congo (FCC) est la plateforme électorale dont le président Kabila est "l'autorité morale".

M. Kabila, 47 ans, au pouvoir depuis l'assasinat de son père en 2001, a été élu en 2006 et réélu en 2011. Son deuxième et dernier mandat de cinq ans s'est achevé le 20 décembre 2016.

bmb/st/sba

Partager
Abonnez-vous à la newsletter