Myanmar


    Les Rohingyas, victimes de "nettoyage ethnique" ou de "génocide"?
    21.09.17
    AFP

    Les violences dont est victime la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie constituent un "nettoyage ethnique", selon l'ONU et plusieurs chefs d'Etat, mais il est difficile pour l'instant de les catégoriser comme "génocide", terme employé par le président français, d'après les experts. - Quelle est la différence entre génocide et nettoyage ethnique? - Génocide et nettoyage ethnique sont étroitement liés et emploient parfois les mêmes moyens, reconnaît Mark Kersten, chercheur en droit pénal international à l'université de Toronto. Toutefois, les différences entre les deux sont de taille. "Le génocide est la tentative de détruire un groupe particulier dans son entièreté ou en...

    Lire la suite

    Rohingyas: l'ONU dénonce un "nettoyage ethnique"
    13.09.17
    AFP

    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé mercredi la Birmanie à suspendre ses opérations militaires contre la minorité Rohingya, considérant que les autorités se livraient à un nettoyage ethnique. La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a fait savoir de son côté qu'elle annulait un déplacement à l'ONU pour son Assemblée générale annuelle qui débute la semaine prochaine et promis de sortir publiquement de son silence. Le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi à huis clos pour discuter des violences dans l'État birman du Rakhine (ouest) qui ont déclenché l'exode de...

    Lire la suite

    Pétition pour réclamer le retrait du Prix Nobel de Suu Kyi
    07.09.17
    AFP

    Des centaines de milliers de personnes à travers le monde réclament le retrait du prix Nobel attribué à Aung San Suu Kyi, vivement critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingyas, une éventualité toutefois exclue par le comité Nobel norvégien. Jeudi matin, la pétition en ligne "Reprenez le prix Nobel de la paix d'Aung San Suu Kyi" avait recueilli plus de 364.000 signatures. "Jusqu'à présent, Aung San Suu Kyi, qui dirige de facto la Birmanie, n'a pour ainsi dire rien fait pour arrêter ce crime contre l'humanité dans son pays", estime son initiateur indonésien. Selon l'Onu, quelque 164.000 personnes, la plupart des Rohingyas, ont fui les violences en moins de deux semaines pour se...

    Lire la suite

    "Nous n'avons d'humain que le nom": le désespoir des Rohingyas birmans des camps
    19.07.17
    Hla-Hla HTAY,AFP

    Parqués depuis des années dans des camps entourés de barbelés face au golfe du Bengale, la mer a longtemps été le seul espoir pour des dizaines de milliers de musulmans rohingyas de Birmanie. Aujourd'hui, même cette porte s'est refermée. Ces dernières années, des dizaines de milliers de Rohingyas ont fui une vie de misère en embarquant sur des bateaux pour rejoindre la Thaïlande puis la Malaisie. Mais aujourd'hui les bateaux ne partent plus: les filières ont été désorganisées en 2015 par la Thaïlande, pays qui juge actuellement un immense réseau de passeurs. "Nous ne savons pas...

    Lire la suite
     

    Schroeder filme au Myanmar un extrémiste bouddhiste prêcheur de haine contre les musulmans "Le Vénérable W"
    02.06.17
    AFP

    Après le dictateur ougandais Amin Dada et "L'avocat de la terreur", Jacques Vergès, le cinéaste suisse Barbet Schroeder poursuit sa "trilogie du mal" avec "Le Vénérable W", documentaire sur un influent moine bouddhiste birman qui prêche la haine contre la minorité musulmane. Dans "Le Vénérable W.", qui sort en salles mercredi après sa projection à Cannes en sélection officielle hors compétition, la caméra s'introduit au coeur de la mécanique anti-Rohingyas, la minorité musulmane de ce pays à plus de 90% bouddhiste. Le cinéaste a choisi un sujet brûlant : le Haut-Commissariat de l'ONU...

    Lire la suite

    Myanmar: plaidoyer pour une commission d'enquête internationale sur les crimes contre les Rohingyas
    15.03.17
    Thomas Kean (Frontier Myanmar)

    Tandis que la session du Conseil des droits de l’Homme se poursuit à Genève, Thomas Kean, du site Frontier Myanmar, a interrogé la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme au Myanmar, Yanghee Lee. Cette dernière plaide, dans son rapport, pour la mise en place d’une commission d’enquête internationale sur les crimes contre la minorité musulmane des Rohingyas dans l’Etat de Rakhine. Pourquoi recommandez-vous une commission d’enquête ?Tout au long de mon mandat, j’ai fait part de préoccupations s’agissant des graves violations des droits de l’homme contre les...

    Lire la suite

    Au Myanmar, « la transition doit être bâtie sur la voix des gens ».
    23.02.17
    Arnaud Dubus

    Entre 2009 et 2015, Matthew Mullen, enseignant à l’Institut des études sur les droits de l’homme et la paix à l’université Mahidol, en Thaïlande, a étudié les voies diverses et complexes par lesquels le changement politique est intervenu au Myanmar. Plutôt que de se focaliser sur l’image bien connue d’un mouvement d’opposition frontale face au régime militaire, il s’est intéressé aux efforts plus discrets qui avaient lieu dans les communautés locales, où une myriade de petites organisations et d’individus travaillaient pour le changement, non pas de manière confrontationnelle, mais au...

    Lire la suite

    Des centaines de Rohingyas tués par la police et l'armée au Myanmar, dénonce l'ONU
    03.02.17
    AFP

    Des centaines de musulmans Rohingyas auraient été tués dans l'ouest de la Birmanie depuis le lancement début octobre d'une opération de l'armée contre cette minorité, a indiqué vendredi l'ONU, dénonçant de "graves violations" des droits de l'Homme. Ces opérations "ont probablement fait plusieurs centaines de morts et conduit environ 66.000 personnes à fuir vers le Bangladesh et 22.000 autres à se déplacer à l'intérieur" du pays, a estimé le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme dans un rapport. L'armée birmane a lancé le 10 octobre une offensive d'envergure dans l'Etat...

    Lire la suite
     

    Les Rohingyas au coeur de tensions Birmanie/Malaisie
    07.12.16
    AFP

    La Birmanie a cessé d'émettre des permis pour autoriser ses citoyens à travailler en Malaisie à la suite de propos du Premier ministre malaisien évoquant un "génocide" de la minorité musulmane rohingyas. Le Premier ministre a également enjoint le prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi à agir. Depuis le début des violences, elle ne s'exprime presque pas sur le sujet, s'attirant les critiques de la communauté internationale mais préservant ainsi ses relations avec les militaires, qui échappent à son contrôle. Les liens entre la Birmanie et la Malaisie se sont tendus ces dernières semaines depuis le début de l'opération militaire dans le nord-ouest de la Birmanie, qui a poussé de plus...

    Lire la suite

    En Birmanie, la difficile réintégration des enfants soldats
    29.11.16
    Caroline HENSHAW et Hla Hla HTAY

    Il était seul, il avait 16 ans, il a eu quelques minutes pour se décider. L'officier birman lui a laissé le choix: aller en prison ou bien rejoindre l'armée birmane et venir grossir les rangs des enfants soldats du pays. Son crime ? Avoir enfreint un règlement interdisant à l'époque d’être dans la rue au-delà d’une certaine heure. Il a choisi l'armée. Deux années qui l'ont transformé: coupé de sa famille, battu pour un rien, il a fini alcoolique à même pas 18 ans. Aujourd'hui, il fait partie des 800 enfants soldats de Birmanie à avoir été rendus à la vie civile depuis 2012, selon...

    Lire la suite

    Nettoyage ethnique au Myanmar, selon l'ONU
    25.11.16
    Sam JAHAN et Caroline HENSHAW

    La Birmanie a entrepris une campagne de "nettoyage ethnique" contre la minorité des musulmans rohingyas, a affirmé un représentant de l'ONU au Bangladesh, où se sont réfugiés ces dernières semaines des milliers de familles fuyant l'armée birmane accusée notamment de viols.   Viols en réunion, tortures, meurtres et massacres: les Rohingyas qui ont franchi la frontière ces derniers jours ont raconté les violences que leur font subir les soldats birmans dans l'ouest du pays. Les récits d'agressions sexuelles sont légion parmi les femmes rohingyas interrogées par l'AFP au...

    Lire la suite

    Les Rohingyas au Myanmar ou "le pouvoir de l'identité"

    Le prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi et le nouveau gouvernement du Myanmar ont mis en garde la communauté internationale contre l’utilisation de  « termes émotifs » qui pourraient rendre difficile la recherche de solutions aux tensions en cours dans l’Etat de Rakhine. Ils parlent de l’usage du terme “Rohingya” pour désigner la minorité musulmane qui, vit depuis des générations dans l’Etat de Rakhine au Myanmar, à majorité bouddhiste. En l’espèce, la terminologie est importante, car elle symbolise la reconnaissance d'une communauté opprimée depuis fort longtemps. Le déni d'identité est...

    Lire la suite
     

    Le gouvernement birman ne veut plus appeler les Rohingyas Rohingyas
    21.06.16
    AFP

    Et si la minorité musulmane persécutée des Rohingyas s'appelait désormais "les personnes qui croient en l'islam en Etat Rakhine"? Telle est l'option choisie par le gouvernement d'Aung San Suu Kyi, pris en étau entre la communauté internationale et les nationalistes bouddhistes sur ce dossier sensible. "Les mots "+Rohingya ou Bangladais+ ne devraient pas être utilisés", estime un document interne du ministère de l'Information destiné aux fonctionnaires, que l'AFP a consulté mardi. Il recommande plutôt d'appeler cette minorité qui vit dans l'ouest du pays, en Etat Rakhine: : "personnes qui croient en l'islam en Etat Rakhine". Cette minorité de plus d'un million de personnes, dont...

    Lire la suite

    Birmanie: les musulmans Rohingyas pourraient être victimes de "crimes contre l'humanité" (ONU)
    20.06.16
    AFP

    Les violations des droits de la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie, notamment le déni de citoyenneté, le travail forcé et des violences sexuelles, pourraient être considérées comme des "crimes contre l'humanité", a averti lundi un rapport des Nations unies. Dans ce document consacré au traitement des minorités ethniques et religieuses en Birmanie, le Haut-commissariat des droits de l'Homme de l'ONU dénonce "une série de violations grossières des droits de l'homme contre les Rohingyas (..) qui laisse supposer une attaque de grande ampleur ou systématique (..) qui pourrait déboucher sur une possible accusation de crimes contre l'humanité devant un tribunal". Cette minorité de...

    Lire la suite

    La transition démocratique en Birmanie et le pronostic en matière de réforme juridique au lendemain des élections de novembre 2015
    08.06.16
    Alex Batesmith

    Aux yeux de nombreux commentateurs, la victoire écrasante aux élections législatives de novembre 2015 qu’a emportée la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d'Aung San Suu Kyi est un terrain fertile pour la justice transitionnelle et la réforme juridique en Birmanie. Pourtant, les mécanismes de la justice transitionnelle mis en œuvre pour, à terme, accepter un héritage de violence et de répression de la part de l’Etat, ainsi que la durabilité de réformes juridiques à grande échelle, dépendra de la capacité du gouvernement actuel à relever des défis politiques, populaires et pratiques de...

    Lire la suite

    La question de la responsabilité des entreprises et de la justice transitionnelle au Myanmar
    07.03.16
    Irene Pietropaoli, Consultante au Myanmar sur les questions des entreprises et des droits de l’homme pour Amnesty International

    Le 1er février 2016, le parlement birman, élu démocratiquement après cinq décennies de dictature militaire, a tenu sa première session. Etant donné l’enjeu que représente le contrôle des ressources naturelles et son rôle dans le conflit qui a divisé le pays, il serait essentiel que les responsables politiques abordent la question de la responsabilité des entreprises dans les mécanismes de justice transitionnelle, afin de mettre un terme à l’impunité, de traiter des causes du conflit et de parvenir à une transition viable et à un développement économique. Pour le moment, ni la justice...

    Lire la suite
     

    Is Myanmar's peace accord a sham?

    More than 5,000 civilians in Myanmar have been displaced in the past couple of weeks by heavy fighting between two ethnic armies, one of which signed a recent national ceasefire accord while the other was excluded. The Nationwide Ceasefire Agreement, which was signed last October and aimed at ending 60 years of civil war, has fallen far short of its objective. Only eight of 15 groups invited to sign did so, while others were not allowed to take part in negotiations. Myanmar's semi-civilian government, which took power in 2011 after 49 years of military rule, launched a peace process as...

    Lire la suite

    Myanmar : Aung San Suu Kyi évacue la question des Rohingyas
    05.11.15
    AFP

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, souvent critiquée pour son silence sur la minorité musulmane persécutée des Rohingyas, a appelé jeudi à "ne pas exagérer" le drame, alors qu'un rapport de l'université américaine Yale parle de "génocide".Lors d'une grande conférence de presse à trois jours de législatives historiques, la chef de file de l'opposition a réagi à l'emploi du terme "génocide" dans une question d'un journaliste."Il est très important de ne pas exagérer les problèmes de ce pays", a-t-elle déclaré."Le pays tout entier est dans un état dramatique, pas seulement l'Etat Rakhine",...

    Lire la suite