Dernier grand rendez-vous de l'Argentine avec la justice

Le 6 juillet, 19 anciens membres des forces armées argentines accusés de tortures, enlèvements, homicides, ainsi que de rafles, vols aggravés et abus sexuels aggravés sur des centaines de détenus, pour la plupart disparus, ont été reconnus coupables. Près de quarante ans après la fin de la dictature militaire s’achève ainsi le dernier grand procès sur ces crimes.

En Argentine, un homme est trainé sur le sol par des militairesUn ouvrier est arrêté par la police argentine en mars 1982. Les travailleurs et délégués syndicaux ont été particulièrement visés par la répression meurtrière sous la dictature militaire. © Daniel Garcia / AFP
5 min 55Temps de lecture approximatif

Traverser Campo de Mayo, une base militaire de 5 000 hectares située à la périphérie de la ville de Buenos Aires, la capitale de l'Argentine, reste, même près de 40 ans après la fin de la dictature militaire, un moment glaçant. Il y a ici quelque chose de figé dans le temps, à travers les vieux grillages éventrés et les points de contrôle de sécurité délaissés, qui rappelle l'esthétique de la série "Stranger Things" sur Netflix. Sauf que derrière ces portails fermés, le Demogorgon, cette divinité ou démon associé au monde souterrain, a réellement existé.

Entre 1976 et 1983, plus de 6 000 personnes ont été détenues illégalement ici. Seul 1% d'entre elles y ont survécu. Elles ont été torturées, ont enduré des conditions de détention inhumaines avant d'être droguées et, dans un état second, jetées vivantes d'un avion dans le Río de la Plata. Ils font partie de ce que le monde appelle "les disparus". Leurs corps n'ont jamais été retrouvés. Et pire encore : à l'intérieur de cette base militaire, encore aujourd'hui sombre et sinistre, il y avait une maternité clandestine où les détenues donnaient naissance à leurs enfants - certaines avaient été enlevées enceintes tandis que d'autres ont été violées en captivité. Ces bébés leur étaient ensuite volés et livrés à d’autres foyers, sous une autre identité. Leurs familles sont toujours à leur recherche. Il existe une Banque nationale de données génétiques qui mène des études pour identifier les liens biologiques entre les personnes soupçonnées d'être les enfants de personnes disparues dans le cadre de ce terrorisme d'État. Les Grands-mères de la Place de Mai est l'organisation qui fédère cette recherche. On estime que 500 bébés ont été illégalement appropriés. Parmi eux, 130 ont pu retrouver leur identité à ce jour.

C’est toute cette horreur qui est revenue au grand jour le 6 juillet, lorsqu'un tribunal argentin a finalement condamné les responsables de ces crimes dans ce qu'on appelle le méga-dossier Campo de Mayo, l'un des deux plus grands centres de détention et de torture de la dictature, dans lequel plus de 30 000 personnes ont disparu. En fait, il y a eu deux jugements : le premier, rendu le 4 juillet, a confirmé l'existence des « vols de la mort » qui partaient de Campo de Mayo, et le second, rendu le 6 juillet, a condamné les tortionnaires.

La douleur durable des enfants volés

Il a fallu 2 126 audiences et plus de 700 témoins pour condamner 19 des 22 accusés de crimes de torture, d'enlèvement, d'homicide, ainsi que de raids, de vols aggravés et d'abus sexuels aggravés contre 323 détenus/disparus. Dix condamnés ont été condamnés à la prison à vie, tandis que neuf ont été condamnés à des peines de 4 à 22 ans de prison. Trois autres ont bénéficié d'une forme d'"impunité biologique" : deux sont morts avant d'être condamnés et un autre souffre d'une maladie en phase terminale, de sorte qu'ils ont échappé au jugement.

Le verdict du méga-dossier de Campo de Mayo a été lu lors d'une audience publique à laquelle ont assisté de nombreuses personnes à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience. Elles sont venues accompagner les victimes et leurs familles à l’issue d’une très longue et sinueuse quête de justice.

Tout a commencé avec la fin de la dictature en 1983 et le Procès des juntes, le haut commandement des forces armées, qui a suivi. Mais la démocratie naissante n’était pas assez robuste pour faire respecter ces condamnations et, après quelques tentatives de coup d'État, les coupables ont été graciés dès la fin des années 80. Ce n'est qu'en 2006, 30 ans après le début de la dictature, que les grâces accordées aux hiérarques du régime militaire ont été annulées, les lois sur l'impunité abrogées et que les procès ont repris. Depuis, selon la dernière enquête du Bureau du procureur pour les crimes contre l'humanité, un total de 1058 personnes ont été condamnées pour ces crimes, dans le cadre de 273 procès.

Parmi les victimes du Campo de Mayo, on compte 14 femmes enceintes dont les enfants ont été volés. Cinq de ces enfants ont pu être rendus à leur famille et retrouver leur véritable identité, mais 10, aujourd'hui adultes, n'ont pas eu cette chance. Les familles des kidnappés "ont également été victimes de ces événements, car la conduite des accusés était également dirigée contre elles, en leur refusant délibérément des informations sur le lieu où se trouvaient leurs proches", a déclaré l'avocate des plaignants, Carolina Villella, lors de sa plaidoirie au procès. "Les conséquences de cette action persistent encore aujourd'hui, générant un fardeau de douleur et d'angoisse pour les familles qui perdure", a ajouté Villella.

Témoignages d'initiés

L'une des grandes complexités de cette affaire est le faible nombre de survivants. La tâche de reconstruction et de collecte des preuves pour révéler le modus operandi de la dictature était titanesque. L'une des principales sources ayant éclairé les deux jugements sont les anciens conscrits, les jeunes qui effectuaient le service militaire obligatoire dans ces années-là. Ils ont été des témoins occasionnels qui ont réussi à mettre en lumière ce que le haut commandement tentait de cacher. Les témoignages des gendarmes des échelons inférieurs ont également aidé, notamment ceux qui ont participé aux tours de garde à l'extérieur du centre de détention et ont pu reconnaître plusieurs des responsables.

Dans son réquisitoire de plus de 1 500 pages, la procureure Gabriela Sosti a expliqué que "les faits jugés doivent être qualifiés de génocide non seulement en raison du caractère massif de l'extermination, mais aussi en raison de l'intention de détruire un secteur de la population préalablement sélectionné". En ce qui concerne le processus d'enquête, elle a soutenu que "dans ces procès, il n'y a généralement pas de preuves directes, mais on identifie différentes hiérarchies (en matière pénale), depuis ceux qui étaient à l'intérieur du centre de torture jusqu'à ceux qui étaient dans d'autres domaines".

L'héritage

La répression d'État était également dirigée depuis la base de Campo de Mayo, dans le nord de la province de Buenos Aires, où se trouvait le complexe industriel le plus puissant du pays. Parmi les victimes figurent des dizaines de travailleurs et de délégués syndicaux enlevés en masse dans des entreprises telles que les constructeurs automobiles Mercedes Benz et Ford, ainsi que de nombreuses autres. Deux cadres de Ford ont été condamnés à 10 ans de prison pour avoir été complices de la répression militaire dans les installations de l'entreprise. En 2021, la sentence a été confirmée et ils ont été les premiers civils à être condamnés dans le cadre de la répression militaire.

C'est l'un des défis encore en suspens pour la justice argentine : définir le rôle et les responsabilités des acteurs civils au sein de la structure répressive de la dictature. Bien qu'il y ait plus de 30 procès en cours, les progrès sont inégaux.

"Chaque fois qu'un processus de transition d'une période marquée par la violence et l'autoritarisme cherche à atteindre une consolidation démocratique, le désir de vengeance et l'hostilité qui conduisent à la résurgence de la violence doivent être surmontés", a analysé la sociologue et chercheuse Elena Zubieta dans son étude "Argentine : l'impact de la mise en œuvre des mesures de justice transitionnelle post-dictature".

Bien que l'opinion publique semble un peu saturée après presque 40 ans d’initiatives sur la responsabilité pénale des abus de la dictature, la vérité est que plus personne ne doute de la vérité des crimes et, plus important encore, au-delà des déficiences de la démocratie argentine, avec ses crises économiques cycliques, l'interruption de l'ordre constitutionnel ne semble être une alternative pour personne. La force des familles des victimes reste intacte. Elles poursuivent leur quête de la restauration de l'identité des enfants volés qui ont grandi dans des familles adoptives. Elles continuent de réclamer des procès, non seulement avec l'obsession de punir les coupables - beaucoup sont déjà morts ou si vieux qu'ils ne peuvent même pas être déplacés de chez eux - mais plutôt pour chercher à faire la lumière sur le passé et permettre enfin le deuil et surmonter le chagrin pour sortir de ce sentiment d'horreur que l'on peut ressentir en passant par Campo de Mayo, et fermer ce portail de douleur et d'impunité pour les nouvelles générations.