Sans information, pas de réconciliation

Le Sri Lanka en bref

1 min 23Temps de lecture approximatif

Le Sri Lanka, visé dimanche par une série d'attentats meurtriers qui ont fait plus de 150 morts, est une île de l'océan Indien, mosaïque ethnico-religieuse meurtrie par plus de trente ans de conflit mené par des séparatistes tamouls.

Située au large de la pointe sud du sous-continent indien, l'île de 65.000 km2 compte 21,4 millions d'habitants dont près des trois quarts sont cinghalais.

Les Tamouls, deuxième ethnie du pays, représentent plus de 15% de la population, et sont concentrés dans le nord et le nord-est du pays

les Sri Lankais sont en grande majorité bouddhistes (70%, essentiellement Cinghalais), tandis que les hindous, principalement Tamouls, comptent pour 12%, les musulmans 10% et les chrétiens 7%.

Le thé constitue le principal produit d'exportation, l'habillement et les revenus de main d'oeuvre émigrée étant également des sources importantes de devises.

- Autrefois, Ceylan -

Le Sri Lanka, autrefois appelé Ceylan, est devenu une colonie britannique en 1815 après avoir été contrôlé par les Portugais (1505-1656) et les Néerlandais (1656-1796). Le dernier roi cinghalais a régné de 1798 à 1815. L'île a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948.

Les rebelles tamouls ont lancé une campagne pour l'indépendance en 1972. La rébellion tamoule a été écrasée par l'armée, sous un gouvernement à majorité cinghalaise, en mai 2009 après une guerre qui a fait jusqu'à 100.000 morts.

En janvier dernier, le président du Sri Lanka Maithripala Sirisena a promu numéro deux de l'armée de terre, un général accusé par l'ONU de crimes de guerre contre les séparatistes tamouls, suscitant l'indignation des organisations de défense des droits de l'homme.

Depuis la fin du conflit, le tourisme international s'est fortement développé, avec plus de deux millions d'arrivées par an depuis 2016, comparé à 448.000 en 2009.

Le Sri Lanka connaît cependant une montée de l'extrémisme bouddhiste, attisé par des moines radicaux.

En mars 2018, l'état d'urgence avait été décrété pour la première fois depuis 2011, pendant une dizaine de jours, après des émeutes dirigées contre la minorité musulmane qui avaient fait trois morts dans une région du centre du pays.

(Sources: AFP, Banque mondiale, CIA World factbook)

Partager
Abonnez-vous à la newsletter