Sans information, pas de réconciliation

Un commandant jihadiste présumé originaire de Syrie arrêté aux Pays-Bas

1 min 9Temps de lecture approximatif

La police néerlandaise a arrêté mardi un demandeur d'asile syrien résidant aux Pays-Bas, qui est soupçonné d'avoir commis des "crimes de guerre et crimes terroristes" en tant que commandant au sein du groupe jihadiste Front al-Nosra.

Le suspect âgé de 47 ans, identifié uniquement par son nom de guerre "Abu Khuder", a été interpellé à Kapelle (sud-ouest des Pays-Bas), a indiqué le ministère public néerlandais dans un communiqué.

"L'homme est accusé d'avoir participé à la lutte armée en Syrie en tant que commandant d'un bataillon terroriste" du Front al-Nosra, connu sous le nom de "Ghuraba'a Mohassan" (Etrangers de Mohassan), selon le parquet.

L'homme, qui est suspecté "d'avoir commis des crimes de guerre et des crimes terroristes en Syrie", réside aux Pays-Bas depuis 2014 et s'était vu attribué un permis d'asile temporaire, d'après le ministère public.

La police a saisi des documents, un ordinateur et un smartphone lors d'une perquisition au domicile du suspect, qui comparaîtra vendredi devant un juge d'instruction au tribunal de La Haye.

Il a été arrêté à la suite d'informations communiquées par la police allemande, "qui a fourni des témoignages contre le suspect", a précisé le parquet.

Six maisons de membres présumés appartenant au même bataillon du Front al-Nosra (aujourd'hui dénommé Hayat Tahrir al-Cham -HTS-), ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie, ont également été perquisitionnées en Allemagne dans le cadre d'une enquête distincte.

Cette arrestation intervient alors que les Pays-Bas s'interrogent sur le sort réservé aux jihadistes partis combattre en Syrie.

Au moins 315 individus ont quitté les Pays-Bas depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011 pour rejoindre des groupes jihadistes, selon des informations parues dans les médias néerlandais.

Environ 85 personnes ont été tuées dans les combats, tandis que 55 sont revenues aux Pays-Bas.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter