Mémoire

    Quand les chanteurs d'Afrique envoient des "lettres ouvertes" aux Présidents
    13.11.17
    The Conversation

    La lettre musicalisée est l’une des formes que privilégient les artistes africains. Cette forme de correspondance oralisée leur permet de « manifester » par la parole et le chant. Nous explorons ici cette façon de « penser par la lettre » car, si « l’usage de la lettre relève d’une tentative […] de transaction » et de « brouillage des codes » artistiques, en tant que manifeste, elle « s’offre comme une expérimentation […], actualise un projet [et] met en pratique une nouvelle écriture, une nouvelle forme d’art […] ». Des formes diversifiées Les lettres prennent diverses formes en...

    Lire la suite
    Tunisie : Enquête sur les coulisses de la crise à l'Instance Vérité Dignité
    26.09.17
    Olfa Belhassine

    A huit mois de la fin du mandat de l’Instance vérité et dignité (IVD), la commission vérité traverse depuis près de deux mois une situation marquée par des tensions internes. Les plus graves depuis sa mise en place en juin 2014. Enquête dans les coulisses d’une crise annoncée. La bataille rangée entre Sihem Bensedrine présidente de la commission vérité, par le passé journaliste dissidente, figure emblématique de l’opposition et redoutable militante des droits de l’homme sous le régime de Ben Ali, et quatre de ses commissaires s’est déclenchée à la mi août. Communiqués de presse des...

    Lire la suite
    Le calvaire oublié des Tutsis du Congo
    13.09.17
    Emmanuel Sehene Ruvugiro, à Kigali

    Souvent considérés comme des envahisseurs par d’autres groupes ethniques de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les Tutsis du Nord-Kivu et les Banyamulenge du Sud-Kivu qui leur sont assimilés ont vu leur calvaire se poursuivre, ces dernières années, au Rwanda et au Burundi, où certains d’entre eux avaient cherché refuge. Le 13 août 2004, près de 200 Banyamulenge étaient ainsi sauvagement tués, lors de l’attaque de leur camp de réfugiés de Gatumba, au Burundi, près de la frontière avec la RDC.Certains des survivants se réfugièrent au Rwanda. Le lendemain, le carnage fut...

    Lire la suite
    Ventes d’armes et art : "un musée n'est pas un tribunal"
    24.08.17
    Jean-Michel Saussois

    Lausanne, Fondation de l’Hermitage ; cinquante-cinq œuvres provenant de la collection Bührle sont présentées sur deux étages dans une superbe maison du XIXe siècle surplombant le lac Léman. Cette maison me fait penser à celle de la famille Frick, devenue maison/musée au bord de la cinquième avenue à New York. La Frick Collection m’a toujours fait associer l’art au fric ou le fric à l’art, une association facile, j’en conviens, mais une association qui fait sens ; exposer la relation entre l’art et l’argent n’est pas chose si commune et la fondation Bührle montre en toute transparence le...

    Lire la suite
     
    Après Charlottesville, déboulonner les statues : faisons du passé table rase ?
    22.08.17
    Pierre Hazan

    Les révolutionnaires français rêvaient de faire table rase du passé. Mais il n’est pas si facile de jeter l’héritage des temps anciens aux poubelles de l’histoire lorsqu’il touche directement au présent et à l’avenir. C’est le drame qui s’est joué à Charlottesville cette dernière semaine. A travers le sort de la statue du général Lee, l’enjeu à Charlottesville n’était pas le passé de la guerre de Sécession (1861-1865), mais bien la projection que les Américains se font d’eux-mêmes à un moment de bascule : pour la première fois, les citoyens américains contemplent le fait que dans deux...

    Lire la suite
    Canada: le bâtiment du Premier ministre ne portera plus le nom de l'auteur du "génocide culturel"
    21.06.17
    AFP

    Les peuples autochtones se rapprochent symboliquement du pouvoir au Canada avec l'annonce mercredi par le Premier ministre Justin Trudeau que l'édifice abritant ses bureaux cessera de porter le nom d'un ancien responsable associé au "génocide culturel" des premiers habitants du pays. Connu comme l'édifice Langevin, ce bâtiment porte le nom d'un des pères de la fondation du Canada moderne en 1867 et également architecte du système des pensionnats autochtones mis en place pour assimiler ces derniers à la société dominante. "Nous vous avons entendus", a déclaré le Premier ministre à...

    Lire la suite
    Tunisie : "C’est la justice transitionnelle qu’on enterre. C’est la révolution qu’on assassine"
    09.05.17
    Olfa Belhassine

    Une manifestation menée par le collectif Manich Msamah (Je ne pardonnerai pas) au centre-ville de Tunis a réuni au moins mille manifestants. Objectif de la mobilisation : faire tomber le projet de loi relatif à la réconciliation économique et financière proposé par le président de la République en juillet 2015. Reportage.  Pour le troisième round de la bataille, les revoilà dans la rue. Sur l’avenue Bourguiba, au centre-ville de Tunis. Ils  ressortent leurs tee-shirts estampillés Manich Msamah (Je ne pardonnerai pas) illustrés par le marteau de la justice. Et redéployent, encore une...

    Lire la suite
    Macron – Le Pen : l’affrontement mémoriel
    04.05.17
    Pierre Hazan

    De la guerre d’Algérie à la Deuxième guerre mondiale, l’histoire du 20e siècle a été l’un des terrains d’affrontement les plus virulents entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. La France n’aurait-elle pas besoin d’une Commission vérité pour mieux assumer son passé colonial ? L’helléniste Pierre Vidal-Naquet faisait remarquer que « les peuples qui n’ont pas de mythe ont froid ». Aussi vieilles que sont les nations, le roman national a existé, car la définition de l’identité nationale est une construction sociale toujours en mouvement. Travailler le passé, c’est forcément définir le présent,...

    Lire la suite
     
    La Turquie et le mémorial fantôme du génocide arménien à Genève
    19.04.17
    Pierre Hazan

    Formidable ironie : en parvenant à bloquer la construction d’un monument en souvenir du génocide arménien à Genève pendant des années, la Turquie a rendu l’œuvre plus vivante que si elle avait été construite, ne serait-ce que par les passions déclenchées. Dans « les considérations désobligeantes », l’écrivain viennois, Robert Musil, soulignait le paradoxe lié à la construction des monuments. Erigés dans l’espace public pour être vus, les monuments disparaissent pourtant rapidement au regard de l’œil pour être précipités dans l’océan de l’oubli : « Rien au monde de plus invisible que les...

    Lire la suite
    Rwanda : la commémoration du génocide honore les "Justes" hutus
    06.04.17
    Emmanuel Sehene Ruvugiro, à Kigali

    Le Rwanda s’apprête à commémorer le vendredi 7 avril, pour la 23 ème année consécutive, le génocide perpétré contre les Tutsis en 1994. A la veille de ces commémorations, de jeunes étudiants et anciens étudiants rescapés du génocide ont sillonné les mille collines de leur petit pays, en apportant de l’assistance à d’autres survivants plus démunis mais aussi en posant des gestes de reconnaissance envers les Hutus qui leur ont sauvé la vie. Elle s’appelle Roza Mukarurinda. Cette paysanne hutue du village de Kinazi, dans le sud du Rwanda, n’a ni armes, ni argent au plus fort du génocide contre...

    Lire la suite
    Génocide au Rwanda: le pape "implore le pardon de Dieu" pour les péchés de l'Eglise
    20.03.17
    Catherine Marciano (AFP)

    Le pape François a imploré "le pardon de Dieu" pour "les péchés et manquements de l'Eglise et ses membres" durant le génocide de 1994 au Rwanda, en recevant lundi le président rwandais Paul Kagame, venu au Vatican chercher des paroles de repentance. "C'est un grand jour" et "un nouveau chapitre dans les relations entre le Rwanda et l'Eglise catholique/Saint-Siège", s'est félicité M. Kagame, soulignant sur son compte Twitter que la faculté de s'excuser constituait "un acte de courage".En novembre, le gouvernement rwandais avait estimé que le Vatican devait demander pardon pour le rôle de...

    Lire la suite
    "En Tunisie, une nouvelle génération de femmes veut faire de la politique", explique Sophie Bessis
    16.03.17
    Olfa Belhassine

     Née à Tunis, Sophie Bessis est historienne. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages portant sur les relations internationales, l’Afrique, le monde arabe et la condition féminine, dont « Les Arabes, les femmes, la liberté » (Albin Michel, 2007). A l’occasion du 8 mars, Sophie Bessis a présenté hier, à Tunis, au Centre de recherche, d’information et de communication sur la femme (CREDIF), une intervention sur « Les femmes et la politique ». Rencontre.   Sophie Bessis © JusticeInfo.net Peut-on dresser une typologie des femmes, plutôt rarissimes, qui ont accédé à la décision politique...

    Lire la suite
     
    RCA : une ex combattante devenue maçon témoigne sur sa nouvelle vie
    08.03.17
    Radio Ndeke Luka

    Votre navigateur n'est pas compatible  Martine Bangue, 34 ans, vit à Bria dans le centre de la République Centrafricaine, qui traverse depuis 2013 la plus grave crise de son histoire depuis son indépendance en 1960. Ancienne combattante de la coalition Séléka qui a chassé du pouvoir le président François Bozizé en mars 2013, elle a déposé les armes il y a 8 mois. En contrepartie, la Mission des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA) lui a proposé une formation professionnelle dans le cadre du processus pré-DDR (désarmement, démobilisation, réinsertion). Elle a choisi son futur...

    Lire la suite
    Au Myanmar, « la transition doit être bâtie sur la voix des gens ».
    23.02.17
    Arnaud Dubus

    Entre 2009 et 2015, Matthew Mullen, enseignant à l’Institut des études sur les droits de l’homme et la paix à l’université Mahidol, en Thaïlande, a étudié les voies diverses et complexes par lesquels le changement politique est intervenu au Myanmar. Plutôt que de se focaliser sur l’image bien connue d’un mouvement d’opposition frontale face au régime militaire, il s’est intéressé aux efforts plus discrets qui avaient lieu dans les communautés locales, où une myriade de petites organisations et d’individus travaillaient pour le changement, non pas de manière confrontationnelle, mais au...

    Lire la suite
    « Mieux on comprend une dictature, mieux on peut vivre une démocratie », l'expérience de la RDA expliquée à Tunis
    09.02.17
    Olfa Belhassine

    Roland Jahn est Commissaire fédéral pour les archives du ministère de la Sûreté d’Etat de l’ex-République Démocratique Allemande (STASI). Il effectuait la semaine passée une visite en Tunisie pour partager l’expérience de traitement de la mémoire acquise par l’Allemagne à travers l’instance qu’il dirige depuis 2011. Né en 1953, en ex République Démocratique Allemande (RDA), Roland Jahn était un de dissidents les plus connus du temps où son pays était une « démocratie populaire ». En 1983, les autorités est allemandes l’arrêtent, l’incarcèrent, le déchoient de sa nationalité et...

    Lire la suite
    Tunisie : les lumières des trois monothéismes s’exposent au musée du Bardo
    31.01.17
    Olfa Belhassine

    Vivre ensemble et coexistence pacifique, des notions fondamentales de la justice transitionnelles ont pourtant existé bien avant la naissance, dans les années 90, du processus de cette justice des temps de transition. Elles jalonnent des pratiques dévotionnelles partagées depuis le Moyen Age entre les trois religions monothéistes. C’est ce que veut démontrer une exposition au musée national du Bardo sur les « Lieux saints partagés ». Il a fallu trois ans aux anthropologues et chercheurs au CNRS Dionigi Albera et Manoël Pénicaud pour monter au MuCEM, le Musée national des civilisations...

    Lire la suite
     
    Tunisie : Haythem El Mekki, blogueur de la révolution se raconte
    19.01.17
    Olfa Belhassine

     Haythem El Mekki fait partie des blogueurs qui ont commencé dès le printemps 2010 à contester la censure imposée par Ben Ali sur la toile. Converti aujourd’hui au journalisme satirique, il revient sur le rôle qu’il a joué sur les réseaux sociaux avec ses amis pendant la révolution de janvier 2011. A travers son portrait se dessine celui d’une communauté.  Même si à l’origine c’est la rue, qui a fait tomber le régime de Ben Ali, même si la révolution tunisienne a émergé par le « bas », sans leadership, ni idéologie, une partie de l’histoire de cette révolution s’est écrite sur le mur...

    Lire la suite
    Said Abu Shakra, l’homme qui veut créer le premier musée palestinien en Israël
    12.01.17
    Pierre Hazan

    Said Abu Shakra est un homme de convictions et il hésite rarement à les mettre en pratique. L’une de ses convictions vise à ce que les visiteurs venus de Tel Aviv ne s’arrêtent pas seulement pour acheter du hoummous en bordure de la route qui mène à Haifa, mais qu’ils se perdent dans les méandres de la ville d’Umm-el-Fahem pour arriver jusqu’à sa galerie d’art. Qu’ils demandent leur chemin dans cette ville escarpée où vivent 50.000 arabes, et du coup, parviennent à vaincre leur appréhension de se trouver en territoire hostile, même si cette municipalité fait officiellement partie de l’Etat...

    Lire la suite
    Rwanda : « la Commune rouge », sinistre lieu d’administration de la mort en 1994
    10.01.17
    Emmanuel Sehene Ruvugiro, à Gisenyi (nord-ouest du Rwanda)

    Au moment du génocide des Tutsis en 1994, la préfecture de Gisenyi, dans le Nord-Ouest du Rwanda, était, comme toutes les entités territoriales de cet échelon, subdivisée en communes. Mais sur la carte administrative de l’époque, la « Commune rouge » n’apparaît nulle part. Loin de renvoyer à une quelconque entité administrative, ce terme désigne un cimetière où les Tutsis étaient souvent emmenés et mis à mort en 1994 avant d’être jetés dans une fosse commune lorsqu’ils n’étaient pas simplement enterrés vifs. Vu de loin, l’endroit ressemble aujourd’hui à un vaste terrain vague. Environ...

    Lire la suite
    «La négation d'un génocide est traumatisante pour les groupes touchés»
    09.01.17
    Sibilla Bondolfi

    Le nationaliste turc Doğu Perinçek exige que la Suisse renonce à pénaliser le génocide arménien. Il s’appuie sur un jugement de la Cour européenne des droits de l’homme. Mais pourquoi pourrait-on nier le génocide arménien et non l’Holocauste? Entretien avec le professeur de droit pénal Gerhard Fiolka, de l’Université de Fribourg. Il y a quelques années, la plus haute instance judiciaire de Suisse, le Tribunal fédéral, a condamné le politicien turc Doğu Perinçek pour avoir qualifié le génocide arménien de «mensonge international». Mais ce jugement a été suivi en 2015 par un coup de...

    Lire la suite