Pourquoi la justice transitionnelle aux États-Unis doit aborder politique intérieure et politique étrangère

La militarisation de la politique étrangère américaine a aggravé les pratiques de maintien de l'ordre au niveau national, en particulier depuis le 11-Septembre. Un plan de justice transitionnelle pour les États-Unis devrait montrer comment les actions américaines à l'étranger ont un lien avec la manière dont sa propre population est contrôlée à l'intérieur de ses frontières, explique l'universitaire Noha Aboueldahab.

Pourquoi la justice transitionnelle aux États-Unis doit aborder politique intérieure et politique étrangèreDes soldats de la garde nationale américaine devant un portrait de George Floyd, un Afro-américain tué par la police en 2020 et devenu le symbole de la violence policière et du racisme systémique aux États-Unis. © Kyle Grillot / AFP
7 min 1Temps de lecture approximatif

Le 20e anniversaire du 11-Septembre et de la guerre contre le terrorisme coïncide avec un important mouvement national pour la justice raciale aux États-Unis. Ces événements sont liés. Pourtant, les efforts déployés pour y remédier restent largement isolés les uns des autres. Un processus de justice transitionnelle rigoureusement conçu pourrait offrir un cadre efficace pour aborder la façon dont la militarisation de la politique étrangère américaine et le maintien de l’ordre intérieur se renforcent mutuellement. Il faciliterait également la reconnaissance de ses conséquences meurtrières.

Les efforts visant à établir un processus de justice transitionnelle aux États-Unis se sont jusqu’à présent essentiellement concentrés sur des préjudices historiques infligés à l’intérieur des frontières américaines. Il s’agit notamment de la Commission vérité et réconciliation de Greensboro, la Commission vérité et réconciliation sur la protection de l’enfance au Maine-Wabanaki, et d’une résolution récemment réintroduite visant à établir une commission vérité nationale pour se guérir de la question raciale.

Mais peut-on séparer l’impact violent de la politique étrangère américaine de la violence du maintien de l’ordre intérieur quand on élabore un plan de justice transitionnelle pour les États-Unis ? Nombreux sont ceux qui soutiennent que ces deux pans sont inséparables. Il s’agit notamment d’universitaires américains, de vétérans de l’armée américaine, d’anciens officiers de police, de procureurs fédéraux et de conseillers du ministère de la Sécurité intérieure.

Ces experts attirent l’attention sur la manière dont la militarisation de la politique étrangère américaine a aggravé les pratiques policières nationales, en particulier depuis le 11-Septembre. Les deux sont généralement motivés par des priorités de sécurité nationale. Elles sont également motivées par la racialisation des citoyens américains et non-américains dans le pays et à l’étranger.

Les victimes de la politique étrangère américaine sont aussi aux États-Unis

Les policiers américains utilisent de plus en plus d’armes de type militaire, y compris des hélicoptères d’attaque et des véhicules blindés, dans leurs patrouilles quotidiennes qui ciblent de manière disproportionnée les Noirs et les autres communautés marginalisées. Les services de police reçoivent une formation militaire, ce qui a conduit nombre d’entre eux à agir avec la mentalité de soldats, par opposition à celle d' »agents de la paix ». Un exemple frappant est celui de la collaboration entre les forces de l’ordre américaines et l’armée israélienne, qui, comme l’explique l’avocate des droits de l’homme Noura Erakat, a amené des milliers de policiers américains à se rendre en Israël pour y recevoir une formation aux méthodes de lutte contre le terrorisme. Erakat souligne que l’origine raciale est l’un des principaux moteurs sous-jacents de ces méthodes, les officiers israéliens formant « les agents de la force publique américains – responsables de l’ordre en temps de paix – aux méthodes qu’Israël applique aux Palestiniens, qu’il considère comme une population étrangère et ennemie ».

Il est temps de concevoir un processus de justice transitionnelle aux États-Unis qui aborde ces liens directs et indirects entre le maintien de l’ordre intérieur américain et la politique étrangère des États-Unis. Les appels à une prise de conscience nationale du racisme systémique aux États-Unis doivent tenir compte de l’impact de la politique étrangère de l’après 11-Septembre sur la militarisation des forces de l’ordre nationales, y compris le maintien de l’ordre dans les communautés « racialisées » aux États-Unis. Ne pas le faire aboutirait à un processus de justice transitionnelle qui produirait une image amputée des injustices historiques aux États-Unis, risquant de répéter les politiques qui alimentent l’inégalité et l’injustice raciales.

Les victimes de la politique étrangère des États-Unis résident à l’intérieur et à l’extérieur des frontières américaines. Depuis le 11 septembre 2001, plus de 929 000 personnes ont été tuées à la suite de violences directes dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » menée par les États-Unis. Le projet de l’université Brown sur les coûts de la guerre estime que le nombre de personnes tuées par des effets indirects de cette guerre sont bien plus importants, et que 38 millions de personnes ont été déplacées ou sont devenues des réfugiés.  

Contrer l’amnésie collective sur l’avant 11-Septembre

Outre la militarisation des forces de l’ordre américaines à travers le pays, le USA Patriot Act et d’autres lois de surveillance ont considérablement étendu les pouvoirs des forces de l’ordre nationales en matière de surveillance, de profilage racial et de détention des individus soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes. L’incarcération de masse est une autre pratique qui ne peut être comprise sans tenir compte de la manière dont le maintien de l’ordre est souvent façonné par la race, par opposition à la sécurité publique. Les États-Unis ont l’un des taux d’incarcération les plus élevés au monde, les Noirs et les autres personnes de couleur ayant un risque beaucoup plus élevé d’être emprisonnés que les Blancs. 

Tout cela n’est nouveau pour personne – l’histoire du racisme systémique aux États-Unis et son impact sur les pratiques d’application de la loi sont bien documentés. Mais les décideurs politiques, et les praticiens de la justice transitionnelle en particulier, doivent considérer comme inextricables les politiques de sécurité nationale qui ciblent les Américains et les non-Américains sur le territoire national comme à l’étranger. Comme le dit Asli Bali, professeur à la faculté de droit de l’Université de Californie UCLA, « le démantèlement des structures de maintien de l’ordre raciste à l’intérieur du pays nécessitera de reconnaître le continuum de la violence de la sécurité publique entre le maintien de l’ordre à l’intérieur du pays, l’application de la loi aux frontières et l’empreinte militaire toujours plus étendue de l’Amérique à l’étranger ».

Bien sûr, la nouveauté du monde « post-11-Septembre » a été contestée à juste titre. Upendra Baxi, professeur de droit à l’université de Warwick, au Royaume-Uni, résume la situation en disant que le mythe selon lequel les attaques du 11-Septembre étaient une nouveauté dans l’histoire du monde a réduit de multiples histoires de terrorismes de toutes sortes à une seule date. Cela conduit à une amnésie collective sur le monde d’avant le 11-Septembre. Et c’est cette amnésie collective que la justice transitionnelle – et, effectivement, une commission vérité – pourrait et devrait chercher à corriger.

La race comme facteur central

Le mouvement Black Lives Matter et ses alliés sont des acteurs cruciaux pour remédier à cette amnésie sociétale, en affirmant l’importance d’une prise en compte sérieuse des injustices historiques et complexes.

Par exemple, dans un article de 2016 intitulé « Witness Against Torture, Guantanamo and Solidarity as Resistance » (Témoin contre la torture, Guantanamo et la solidarité en tant que résistance), Chandra Russo, professeure adjointe de sociologie à l’université Colgate, souligne l’importance des mouvements de solidarité qui se concentrent à la fois sur le maintien de l’ordre dans le pays et sur les pratiques militaires américaines à l’étranger. Witness Against Torture (WAT), un groupe de citoyens américains qui défendent les détenus de Guantanamo Bay, s’est allié au mouvement Black Lives Matter « pour établir un lien entre la torture et la détention à l’étranger, d’une part, et le maintien de l’ordre meurtrier et l’hyper-incarcération des communautés noires et de couleur à travers les États-Unis, d’autre part, exposant ainsi l’emprise profonde du despotisme racial américain ».

Grâce à ces alliances, les pratiques inhumaines de la police américaine dans le pays démontrent avec force « les régimes de capture, d’incarcération et de torture qui sous-tendent la sécurité nationale publique des États-Unis ».

Une commission vérité nationale et un processus plus large de justice transitionnelle donnant la priorité à la responsabilité, aux réparations et aux réformes, augmenteraient les chances que cette solidarité antiraciste se traduise en politique.

En tant que mouvement qui exige à la fois de regarder en arrière et de se tourner vers l’avenir, la justice transitionnelle pourrait servir de cadre pour exposer le fait que la race, et non la sécurité ou la sûreté publique, est le principal moteur de la surveillance et du maintien de l’ordre au niveau national, ainsi que des guerres antiterroristes destructrices à l’étranger.

Étendre la portée d’une commission vérité nationale

Mais la justice transitionnelle est-elle équipée pour mener à bien une telle tâche ?

Peu d’initiatives de justice transitionnelle abordent l’impact transnational des crimes commis par des acteurs étatiques et non étatiques. Concevoir un processus de justice transitionnelle qui prenne en compte l’interaction complexe des politiques nationale et étrangère et la manière dont elles perpétuent les crimes contre ceux qui résident à l’intérieur et à l’extérieur des États-Unis n’est pas une mince affaire, mais c’est possible.

La résolution de la représentante Barbara Lee visant à créer une commission vérité nationale visant à guérir de la question raciale aux États-Unis gagne du terrain parmi les partisans du mouvement, tant au sein du gouvernement qu’en dehors. Une telle commission vérité devrait créer un comité chargé de documenter la manière dont la militarisation de la politique étrangère a, à son tour, militarisé le maintien de l’ordre aux États-Unis, avec des conséquences meurtrières.

Ce travail de documentation serait un moyen puissant d’exposer, de commémorer et de prendre en compte des histoires individuelles illustrant la façon dont le maintien de l’ordre dans le pays et la politique étrangère des États-Unis ont eu un impact sur la vie quotidienne des plus défavorisés aux États-Unis. Grâce à des audiences télévisées ou diffusées en direct, cela permettrait d’affronter l’histoire pour reconnaître et prendre en compte le fait que les actions de l’Amérique à l’étranger sont liées à la façon dont elle contrôle son propre peuple à l’intérieur de ses frontières. En fin de compte, cela conduirait à une recherche plus efficace de la vérité, de la responsabilité, des réformes et des récits historiques qui représenteraient mieux les contextes dans lesquels les injustices sont perpétrées.

Noha AboueldahabNOHA ABOUELDAHAB

Noha Aboueldahab est membre non résident du programme de politique étrangère de la Brookings Institution et auteur de « Transitional Justice and the Prosecution of Political Leaders in the Arab Region ».