Europe

    Le Kosovo fête dix ans d'une souveraineté en construction
    14.02.18
    AFP

    Le Kosovo fête samedi les dix ans de sa proclamation d'indépendance, une souveraineté toujours en construction et obstinément rejetée par sa minorité serbe et Belgrade. Pristina ne laisse passer aucune opportunité d'affirmer cette souveraineté: le Kosovo n'est pas une grande puissance des sports de neige mais a célébré son skieur Albin Tahiri, seul athlète de la délégation à défiler à Pyeongchang le 9 février et premier sportif du pays à prendre part à des Jeux d'hiver. Ils sont désormais quelque 115 pays à reconnaître le Kosovo indépendant, dont 23 des 28 membres de l'Union européenne, ainsi que les Etats-Unis, indéfectibles soutiens de Pristina dont les rues se parent des couleurs...

    Lire la suite
    Pologne : le pouvoir s’en prend à l’écriture de l’histoire et à l’indépendance de la justice
    06.02.18
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Après la mise au pas de la justice et les pressions sur les médias, le pouvoir polonais veut réglementer l’écriture de l’histoire de la 2ème guerre mondiale. Une dérive autoritaire qui inquiète l’Union européenne. Le 27 janvier dernier a marqué la 73ème commémoration de la libération du camp d’Auschwitz. L’avant-veille, le sénat polonais, avait adopté par 57 voix contre 23 et deux abstentions une loi mémorielle qui punit jusqu’à 3 ans de prison, les personnes qui évoqueront les « camps de la mort polonais » ou « attribueront une responsabilité ou une coresponsabilité à la nation ou à l’Etat...

    Lire la suite
    Guerre de Géorgie : les ONG s'inquiètent des retards de la CPI
    06.02.18
    Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

    Dans un rapport rendu public le 5 février, des organisations de défense des droits de l’Homme s’alarment de la situation des victimes de la guerre Russie-Géorgie de l’été 2008. Deux ans après l’ouverture de l’enquête, elles demandent à la Cour pénale internationale (CPI) d’accélérer. A La Haye, le Bureau du Procureur assure que l’enquête « progresse très rapidement ».  C’est un rapport de 50 pages contre l’oubli des victimes de la guerre éclair de l’été 2008 (7-12 août 2008), opposant Russie et Géorgie autour de la province séparatiste d’Ossétie du Sud. En publiant, le 5 février, le...

    Lire la suite
    Le tribunal sur les crimes de guerre au Kosovo est-il mort-né ?
    01.02.18
    pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Le tribunal sur les crimes de guerre au Kosovo est-il mort-né ? Les députés proches du chef de l’Etat et du Premier Ministre tentent de le saborder, alors que la Suisse lui accorde un soutien financier. En janvier 2018, la Suisse a offert un soutien financier de 200.000 francs (181.200 euros) au tribunal chargé de faire la lumière sur les crimes de guerre commis au Kosovo entre 1998 et 2000. En particulier, sur la disparition de 500 civils essentiellement serbes dans le contexte du conflit entre les séparatistes et les forces serbes sur fond d’intervention militaire de l’OTAN. Mais de...

    Lire la suite
     
    Holocauste: la Pologne aux prises avec un imbroglio de vraies-fausses accusations
    01.02.18
    AFP

    La Pologne, principal théâtre du génocide des Juifs perpétré par les Allemands, cherche encore et toujours à rejeter les accusations de complicité, ce qui lui vaut d'être soupçonnée de vouloir nier toute participation de Polonais à la Shoah. Ainsi, une loi préparée par le gouvernement conservateur nationaliste de Varsovie, destinée selon ses auteurs à combattre l'injuste et inexacte expression "camps de la mort polonais", inquiète les Israéliens et leurs alliés américains. Ils y entrevoient une tentative de faire oublier, voire de nier, par la même occasion, le rôle individuel de nombreux Polonais dans l'extermination des Juifs. Mercredi, le département d'État américain a averti...

    Lire la suite
    Le TPIY : une histoire mouvementée
    05.01.18
    Pierre Hazan, JusticeInfo editorial advisor and professor at Neuchâtel University

    Le 6 décembre 2017, lors de son ultime discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU, Carmel Agius, le président du TPIY, s’est félicité que sur les 161 inculpés, 161 ont été jugés ou décédés, soit 100% de réussite, alors que « les chances de succès étaient entre zéro et nulles ». C’est une réalité d’autant plus stupéfiante que le premier tribunal pénal international n’avait rien pour réussir. Il était né en 1993, soit en pleine guerre de Bosnie-Herzégovine, sans accès à l’ex-Yougoslavie, porté par des pères fondateurs qui … ne souhaitaient même pas sa réussite !  Rappelons que le TPIY...

    Lire la suite
    Comment le TPIY a changé notre monde
    05.01.18
    Pierre Hazan, Professeur à l'université de Neuchâtel et conseiller éditorial de JusticeInfo.Net

       Après 24 ans de service, après avoir procédé à 161 inculpations et presque autant de jugements, écouté quatre mille six cent témoins pendant 10800 jours de procès, produit des millions de pages et coûté quelques deux milliards de dollars, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie va fermer ses portes le 31 décembre 2017. A l’exception de la 2ème guerre mondiale, aucune guerre n’aura été autant scrutée, et sûrement jamais aucune n’aura été aussi judiciarisée que celle qui ensanglanta l’ex-Yougoslavie durant les années 1990.   L’heure des premiers bilans est venue et à...

    Lire la suite
    La semaine de la justice transitionnelle : le TPIY pour l'histoire
    26.12.17
    François Sergent

    Cette semaine marque la fermeture du Tribunal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) après près de 25 ans d’activité. À sa création, peu de diplomates et acteurs des guerres de l’Ex-Yougoslavie pariaient sur ce Tribunal le premier créé depuis Nuremberg pour juger des criminels de guerre. Mais, finalement, cette Cour a rempli sa mission au nom du droit et de l’histoire. La correspondante de JusticeInfo.net à la Haye écrit : « En près d’un quart de siècle, 90 responsables de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre ont été condamnés et 19 acquittés, au cours de 10 000...

    Lire la suite
     
    Le tribunal sur les crimes de guerre remis en question par le gouvernement du Kosovo
    22.12.17
    AFP

    Les Occidentaux se sont inquiétés vendredi de l'apparente volonté des autorités kosovares de remettre en cause la création du tribunal spécial sur les crimes présumés de responsables de la rébellion indépendantiste en 1998-99. Une telle décision "pourrait ruiner" le Kosovo et marquerait "le choix de l'isolement", ont prévenu les ambassadeurs des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et de l'Union européenne. Pristina n'a fait aucun commentaire sur une telle intention. Fin novembre, la cheffe du tribunal, la Bulgare Ekaterina Trendafilova, avait expliqué que son instance était prête à "engager les procédures judiciaires" sur les crimes présumés lors de la guerre entre indépendantistes kosovars...

    Lire la suite
    Tribunal pour l'ex-Yougoslavie : " juger les individus, pas les peuples"
    22.12.17
    Stéphanie Maupas La Haye (de notre correspondante)

    Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a officiellement fermé ses portes le 21 décembre à La Haye, au cours d’une cérémonie en présence du Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres. En près de 25 ans, ce premier tribunal de l’Onu aura condamné 90 responsables des guerres d’ex-Yougoslavie.  Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) « lègue au monde un puissant héritage qu’il nous appartient de préserver » a déclaré le Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, au cours d’une cérémonie organisée au Ridderzaal, la salle des chevaliers, dans...

    Lire la suite
    La destruction du Vieux Pont de Mostar est-elle un crime de guerre ?
    10.12.17
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Dans quelle mesure la destruction d’un chef d’œuvre architectural constitue-t-elle un crime de guerre, si ce chef d’œuvre est aussi utilisé à des fins militaires ? Quid encore si la destruction d’un tel édifice, tel le Vieux Pont de Mostar, entraîne des dommages psychologiques et physiques sur une population civile désormais assiégée ? Comment peser à la fois objectif militaire, dommage au patrimoine culturel, blessures psychologiques et physiques ? Retour sur le dernier jugement du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, un casse-tête chinois dans les Balkans. L’ultime jugement...

    Lire la suite
    Colonisation: Macron prône une "réconciliation des mémoires"
    03.12.17
    AFP

    Emmanuel Macron a prôné une "réconciliation des mémoires", rejetant "déni" et "repentance" pour la colonisation, dans un entretien à la chaîne TraceTV diffusé dimanche. Interrogé à distance par une Française d'origine congolaise sur d'éventuelles mesures de "réparation", le président français, qui vient d'effectuer une tournée en Afrique de l'Ouest et s'apprête à aller en Algérie, a estimé que "la réparation est mémorielle". "Cette jeune femme n'a pas vécu la colonisation, donc elle ne peut se construire sa vie, son projet de vie, la relation avec le pays où elle est, la France, avec ça. Je vais pas dire +la France doit verser un subside, ou reconnaître ou indemniser+, ce serait...

    Lire la suite
     
    TPIY: deux autres suicides avant Praljak
    29.11.17
    AFP

    Avant le Croate Slobodan Praljak, qui s'est donné la mort après avoir été condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, deux autres prisonniers du TPIY s'étaient suicidés et l'ex-président serbe Slobodan Milosevic était décédé en détention. Devant ses juges, mercredi, Slobodan Praljak a sorti une fiole de sa poche et avalé son contenu, et est mort peu après. - Slavko Dokmanovic - Dans la nuit du 28 au 29 juin 1998, l'ancien maire serbe de Vukovar (est de la Croatie), Salvko Dokmanovic se pend dans sa cellule du centre de détention du Tribunal, à l'âge de 48 ans, avant de connaître l'issue de son procès à La Haye. Il était accusé d'avoir organisé et participé...

    Lire la suite
    Un accusé s'empoisonne à l'audience au Tribunal pour l'ex-Yougoslavie
    29.11.17
    Charlotte VAN OUWERKERK

    Un accusé croate de Bosnie est mort après avoir avalé du "poison", selon son avocat, au moment de son verdict devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, un drame inédit pour la police néerlandaise qui traite la salle d'audience comme "une scène de crime". L'ex-haut responsable des forces croates de Bosnie, Slobodan Praljak, 72 ans, est mort dans un hôpital de La Haye après avoir commis cet acte dans la salle d'audience 1 du TPIY, a annoncé l'agence officielle croate Hina. "Praljak n'est pas un criminel", "je rejette votre verdict", a déclaré M....

    Lire la suite
    Six accusés croates de Bosnie pour le dernier jugement du TPIY
    28.11.17
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Urgent : Le TPIY confirme 25 ans de prison contre l'ex-dirigeant des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic  C’est le dernier verdict du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie avant qu’il ne ferme ses portes dans quelques semaines. Les six accusés ont déjà été jugés une première fois par le TPIY en 2013 et condamnés de 10 à 25 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité correspondants à 26 chefs d’accusations, dont les chefs de persécution, d’assassinat, de viol, d’expulsion, d’actes inhumains, de violences sexuelles... Jadranko Prlic, un brillant...

    Lire la suite
    La saveur amère de la justice internationale dans les Balkans
    27.11.17
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

    Le 21 décembre prochain, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie fermera ses portes. Jamais tant de crimes ont suscité un tel travail d’enquête. Jamais une guerre n’a été aussi documentée, scrutée, analysée par le pouvoir judiciaire depuis la 2ème guerre mondiale. L’heure des bilans et des analyses, sur les succès et les limites du premier tribunal pénal international est venue. Ce travail d’historicisation du TPIY est indispensable, ne serait-ce que pour tirer les leçons pour l’avenir de la justice internationale. Ce qui frappe avant tout, c’est l’infinie distance entre la...

    Lire la suite
     
    Prlic : le professeur devenu criminel de guerre
    27.11.17
    AFP

    Professeur d'économie aux manières policées, Jadranko Prlic fut un des dirigeants de la "Herceg-Bosna", entité autoproclamée pendant la guerre de Bosnie par des nationalistes croates, un rôle qui lui vaut d'être en prison depuis 2004. Condamné en 2013 à 25 ans de prison en première instance par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), celui qui fut notamment "Premier ministre" de l'entité est jugé en appel mercredi avec cinq autres ex-chefs de la "République croate d'Herceg-Bosna" dont son ancien "ministre de la Défense" Bruno Stojic. Tout comme Franjo Tudjman, décédé avant d'avoir pu être inculpé, ils avaient été reconnu coupable d'une "entreprise criminelle...

    Lire la suite
    La "Herceg-Bosna", sanglante tentative séparatiste des Croates de Bosnie
    27.11.17
    AFP

    Les dirigeants de la "République croate d'Herceg-Bosna", entité unilatéralement proclamée, furent un élément moteur de la guerre entre Croates catholiques et Bosniaques musulmans (1993-94). Ils doivent entendre mercredi leur verdict en appel par la justice internationale Dans quel contexte est née cette entité ? Depuis le début de la guerre de Bosnie en 1992, les Croates catholiques de Bosnie combattent auprès des Bosniaques musulmans, contre les Serbes orthodoxes. Mais les leaders nationalistes de la communauté croate (17% des 4,4 millions d'habitants), dissimulent de moins en moins leur volonté d'intégrer une "Grande Croatie". Ce projet, soutenu à Zagreb par le président croate...

    Lire la suite
    Avec la condamnation de Ratko Mladic, quel verdict pour le Tribunal pour la Yougolsavie ?
    24.11.17
    Loïc Trégourès, The Conversation

    La condamnation à perpétuité par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic n’est une surprise pour personne. Dès son arrestation en 2011, le seul suspense était en réalité de savoir s’il restait en vie jusqu’à l’énoncé du verdict compte tenu de sa santé fragile. En dehors de plusieurs procès en appel actuellement en cours, le cas de Mladic était le dernier procès que le TPIY aura mené avant de fermer très prochainement ses portes. L’heure est donc venue de dresser un bilan de l’action du TPIY. On peut à cet...

    Lire la suite
    Condamnation de Mladic : ce que disent les 1800 pages du jugement
    23.11.17
    Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

    « Les vrais héros sont les victimes et les survivants qui n’ont jamais abandonné leur quête de justice » a salué le procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), Serge Brammertz, quelques minutes après le verdict prononcé le 22 novembre contre Ratko Mladic. L’ex chef militaire des Serbes de Bosnie a été reconnu coupable de génocide à Srebrenica, de crimes contre l’humanité pour l’épuration ethnique des villes de Bosnie et du siège de Sarajevo, et de crimes de guerre pour la prise en otage de personnels des Nations unies pour empêcher l’intervention de...

    Lire la suite