CPI : Ahmed Al Mahdi condamné à verser 2,7 millions d’euros aux victimes de Tombouctou

CPI : Ahmed Al Mahdi condamné à verser 2,7 millions d’euros aux victimes de Tombouctou
Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)
17.08.17
Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont rendu, jeudi 17 août, leur ordonnance sur les réparations aux victimes d’Ahmed Al Mahdi. Le condamné avait plaidé « coupable » de crimes de guerre pour la destruction de neuf des Mausolées de Tombouctou et de la porte de la Mosquée Sidi Yahia, lors de l’occupation du nord du Mali par les djihadistes d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et d’Ansar Eddine en 2012. Au-delà de...

Lire la suite

À lire aussi

La CPI évalue à 2,7 millions d'euros les destructions de mausolées de Tombouctou par un jihadiste
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale a déclaré jeudi qu'un jihadiste malien avait provoqué...
Mali: les mausolées, remparts protecteurs de Tombouctou
AFP 17.08 - Les mausolées de saints musulmans de Tombouctou (nord du Mali), perçus par la...
La CPI évalue à 2,7 millions d'euros les destructions de mausolées de Tombouctou par un jihadiste
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi qu'un jihadiste malien avait...
La CPI évalue à 2,7 millions d'euros les destructions de mausolées de Tombouctou par un jihadiste
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi que le jihadiste malien Ahmad...
Tombouctou: un jihadiste malien responsable de réparations pour 2,7 millions d'euros
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi que le jihadiste malien Ahmad...
Tombouctou: un jihadiste malien responsable de réparations pour 2,7 millions d'euros
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi que le jihadiste malien Ahmad...
Mausolées de Tombouctou: premières réparations de la CPI attendues pour destruction de biens culturels
AFP 17.08 - La Cour pénale internationale (CPI) doit rendre jeudi une ordonnance de réparations...
Crimes attribués au groupe EI: l'Irak demande l'aide de l'ONU
AFP 16.08 - L'Irak a demandé à l'ONU de l'aider à réunir des preuves des crimes attribués à...

Suivez nous

Cette semaine

La semaine de la justice transitionnelle : le prix de l'impunité en RCA et en Syrie
La semaine de la justice transitionnelle : le prix de l'impunité en RCA et en Syrie
11.08.17
François Sergent

La semaine a été marquée par la démission de la procureure suisse Carla Del Ponte de la commission de l’ONU chargée d’enquêter sur les crimes en Syrie. « Cette commission ne fait absolument rien", explique Mme Del Ponte, accusant les membres du Conseil de sécurité "de ne pas vouloir établir la justice". La Russie, alliée de Damas, oppose son veto depuis la création de cette commission il y a 6 ans, à la mise en cause du régime syrien devant la Cour Pénale Internationale et la Commission qui a déjà rendu de nombreux rapports n'a jamais été autorisée par Damas à se rendre en Syrie.....

Lire la suite
Crimes en Libye : Un allié du maréchal Haftar l'homme fort du pays recherché par la CPI
Crimes en Libye : Un allié du maréchal Haftar l'homme fort du pays recherché par la CPI
16.08.17
Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

La Cour pénale internationale (CPI) a émis, mardi 15 août, un nouveau mandat d’arrêt sur les crimes commis en Libye. Le commandant Mahmoud al Werfalli, un allié du maréchal Khalifa Haftar l'homme fort du pays, est suspecté de crimes de guerre pour des meurtres commis en 2016 et 2017 dans la région de Benghazi, au nord-est de la Libye. L’homme est suspecté de crimes de guerre commis dans la région de Benghazi entre juin 2016 et juillet 2017. Il aurait lui-même tué, mais aussi ordonné, le meurtre d’au moins 33 prisonniers, civils et combattants désarmés. La procureure, Fatou Bensouda, a...

Lire la suite
Centrafrique : chronologie des violences depuis 2013
19.06.17
AFP

La Centrafrique, où un accord a été signé lundi entre gouvernement et 13 groupes armés, a basculé en 2013 dans la violence avec le renversement de François Bozizé par les rebelles à majorité musulmane de la Séléka, suscitant une contre-offensive de milices chrétiennes, les anti-Balaka. Si le niveau des violences n'est plus celui de 2013, 50 à 60% du pays restent sous le contrôle des groupes armés. - Violences Séléka/anti-Balaka - Le 24 mars 2013, les rebelles de la Séléka prennent Bangui, chassant François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans. Leur chef, Michel Djotodia, s'autoproclame président. Début septembre, de violents affrontements entre ex-rebelles de la Séléka et groupes...

Lire la suite
La musique touarègue éclaire les crises du Sahel
La musique touarègue éclaire les crises du Sahel
17.08.17
Marta Amico

En 2017, tandis que souffrent les populations du Sahara malien, victimes d’un conflit armé qui perdure depuis plus que cinq ans, le groupe Tinariwen sort son huitième album international Elwan, (« Eléphants » en tamasheck, la langue touarègue). Produit entre le Maroc, l’Europe et les États-Unis, le disque est ancré dans l’actualité saharienne. Dans le single « Ténéré Tàqqàl », traduit par « Qu’est devenu le désert », les éléphants sont des pouvoirs ennemis qui se combattent dans le désert écrasant son herbe tendre sous leurs pattes. L’œuvre de Tinariwen, aujourd’hui mondialement...

Lire la suite

Par Régions

Mali: neuf morts dont un Casque bleu lors de deux attaques contre l'ONU
15.08.17
AFP

Neuf personnes, dont un Casque bleu togolais et cinq agents de sécurité maliens, ont été tuées lundi lors de deux attaques distinctes contre la mission de l'ONU au Mali (Minusma). Ces attaques -auxquelles s'ajoute un attentat meurtrier dimanche au Burkina Faso (18 morts)- sont survenues alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit discuter mardi de la sécurité en Afrique. La constitution d'une force internationale antijihadistes au Sahel doit y être évoquée. Une première attaque d'"hommes armés non identifiés" a visé des camps de la Minusma à Douentza, dans le centre du pays, a annoncé la force de l'ONU au Mali. Un Casque bleu togolais et un soldat malien ont été tués. Un autre Casque bleu a été blessé. "Un premier groupe...

Lire la suite
L'armée vénézuélienne, un puissant acteur politique et économique
07.08.17
AFP

La puissante armée vénézuélienne, principal pilier du pouvoir du président socialiste Nicolas Maduro, a un rôle clé dans la crise politique que traverse actuellement le pays.  Dimanche, M. Maduro a affirmé qu'elle a repoussé une "attaque terroriste" contre une base militaire située à Valencia, à l'ouest de Caracas, au cours de laquelle, selon lui, deux assaillants ont été tués et huit capturés. La Force armée nationale bolivarienne (FANB) joue également un rôle essentiel dans les secteurs économiques stratégiques du pays, notamment pétrolier.  Dotée d'un armement russe et chinois, elle se déclare "chaviste, nationaliste et anti-impérialiste", ses dirigeants ayant juré "loyauté absolue et inconditionnelle" à Nicolas Maduro.    -...

Lire la suite
Syrie : assez de preuves pour condamner Assad, selon Del Ponte
13.08.17
AFP

La Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a suffisamment de preuves pour condamner le président Bachar al-Assad pour crimes de guerre, affirme dans une interview publiée dimanche l'un de ses membres éminents, Carla Del Ponte, qui vient d'annoncer sa démission. "Les preuves sont suffisantes pour condamner le président syrien Bachar al-Assad de crimes de guerre, j'en suis convaincue", affirme l'ancienne procureure spécialiste des crimes de guerre dans un entretien aux médias suisses Le Matin Dimanche et SonntagsZeitung. "Mais en raison du veto de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU sur la création d'un tribunal international, il n'y aura ni accusation ni tribunal spécial pour l'instant", ajoute-t-elle. Cette situation est...

Lire la suite
A Berlin, la traque créative aux tags néonazis
02.08.17
AFP

Un habitant du quartier pousse la porte d'une boutique de street-art berlinoise. Il a besoin d'une bombe de peinture. C'est pour une urgence.  "Le type n'avait pas le look d'un street-artiste, donc je lui ai demandé ce qu'il voulait en faire, et il m'a répondu que c'était pour recouvrir une croix gammée qu'il venait de découvrir peinte sur une aire de jeux", explique à l'AFP Ibo Omari, le propriétaire de la boutique. Cela a été un déclic pour ce Berlinois d'origine libanaise. Il convoque alors quelques amis et des jeunes du quartier pour lancer la contre-offensive et devient animateur du mouvement #Paintback. "On était vraiment choqués que quelqu'un ait pu faire ça (peindre une croix gammée, ndlr), surtout ici à Schöneberg",...

Lire la suite
Sur le Web