La destruction du Vieux Pont de Mostar est-elle un crime de guerre ?

La destruction du Vieux Pont de Mostar est-elle un crime de guerre ?
Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel
10.12.17
Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.net et professeur à l'université de Neuchâtel

Dans quelle mesure la destruction d’un chef d’œuvre architectural constitue-t-elle un crime contre l’humanité, si ce chef d’œuvre est aussi utilisé à des fins militaires ? Quid encore si la destruction d’un tel édifice, tel le Vieux Pont de Mostar, entraîne des dommages psychologiques et physiques sur une population civile désormais assiégée ?...

Lire la suite

FOCUS PAYS

Un ministre israélien qualifie des députés arabes de "criminels de guerre"
AFP 11.12 - Un ministre israélien a qualifié lundi des députés arabes de "criminels de guerre"...
Refus d'arrêter el-Béchir : la Jordanie "a manqué à ses obligations"
AFP 11.12 - La Cour pénale internationale (CPI) a estimé lundi que la Jordanie avait "manqué à...
Corée Nord: les sanctions affectent l'aide, selon un responsable de l'ONU
AFP 11.12 - Les trains de sanctions économiques imposés à la Corée du Nord ont un impact sur...
Corée du Nord: la Chine échoue à empêcher une réunion sur les droits de l'Homme à l'ONU
AFP 11.12 - La Chine a échoué lundi à empêcher le Conseil de sécurité de l'ONU à tenir une...
Les infos en bref : Crimes de guerre en Irak, aide humanitaire et vente d'armes, ...
Le procès de Hissène Habré
RD Congo : Participation de combattants du M23 à la répression
Voir plus de vidéos

Suivez nous

Cette semaine

La semaine de la justice transitionnelle : 3 pays oubliés Gambie, Laos et Sri Lanka
La semaine de la justice transitionnelle : 3 pays oubliés Gambie, Laos et Sri Lanka
20.11.17
François Sergent

Cette semaine sans informations saillantes dans le domaine de la justice transitionnelle, JusticeInfo.net a choisi sa propre actualité en Gambie, au Sri Lanka et au Laos. En Gambie, Baba Hydara, le fils d’une des victimes présumées du Président déchu Yahah Jammeh qui régna sur son pays d’une main de fer pendant près de 25 ans, le journaliste Deyda Hydara explique son combat pour que justice soit rendue. Le journaliste a été tué le 16 décembre 2004 selon toute vraisemblance par les escadrons de la mort du Président aujourd’hui réfugié en Guinée Equatoriale qui le protège. Il raconte...

Lire la suite
Pourquoi la liste de l'ONU sur les entreprises dans les Territoires occupés n'est pas rendue publique
Pourquoi la liste de l'ONU sur les entreprises dans les Territoires occupés n'est pas rendue publique
07.12.17
The Conversation

Au moins 500 entreprises – telles que la filiale israélienne du cimentier allemand Heidelberg Cement, ou encore l’américain Priceline and Caterpillar – ont des intérêts commerciaux dans les quelques 250 colonies illégales israéliennes implantés dans les Territoires palestiniens occupés, financés et chapeautés par l’État d’Israël. Une liste et des rapports recensant ces entreprises doivent être finalisés fin décembre. Depuis plus d’un an, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) constitue cette base de données dans le cadre de ses travaux portant sur...

Lire la suite
TPIY: deux autres suicides avant Praljak
29.11.17
AFP

Avant le Croate Slobodan Praljak, qui s'est donné la mort après avoir été condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, deux autres prisonniers du TPIY s'étaient suicidés et l'ex-président serbe Slobodan Milosevic était décédé en détention. Devant ses juges, mercredi, Slobodan Praljak a sorti une fiole de sa poche et avalé son contenu, et est mort peu après. - Slavko Dokmanovic - Dans la nuit du 28 au 29 juin 1998, l'ancien maire serbe de Vukovar (est de la Croatie), Salvko Dokmanovic se pend dans sa cellule du centre de détention du Tribunal, à l'âge de 48 ans, avant de connaître l'issue de son procès à La Haye. Il était accusé d'avoir organisé et participé...

Lire la suite
La semaine de la justice transitionnelle : que cache le débat sur le crime d'agression à la CPI
La semaine de la justice transitionnelle : que cache le débat sur le crime d'agression à la CPI
11.12.17
François Sergent

La semaine de la justice transitionnelle a été dominée par la réunion des 123 pays parties de la Cour pénale internationale aux Nations unies à New York. Au menu, la catégorie juridique du "crime d'agression" à ajouter aux trois chefs d'inculpation déjà en vigueur à la CPI, à savoir, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. Le débat n’est pas seulement académique ou juridique. Le "crime d'agression", autrement dit l'agression d'un pays contre un autre pays divise les pays membres et les Etats non membres de la CPI car il pourrait signifier l’inculpation de dirigeants...

Lire la suite

Par Région

Tunisie : Un projet de loi accorde l'impunité aux forces de l'ordre
Tunisie : Un projet de loi accorde l'impunité aux forces de l'ordre
07.12.17
Olfa Belhassine (de notre correspondante à Tunis)

Le projet de loi relatif à la répression des atteintes contre la police jugé par plusieurs ONG comme liberticide et légalisant leur immunité et impunité  sera bientôt examiné de nouveau par le Parlement.  Ce projet de loi a été déposé par le gouvernement à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) en avril 2015. Ce projet dont les véritables auteurs sont les syndicats des forces de l’ordre, qui le défendent bec et ongles à hauteur de sit in, de protestations, de plateaux télévisés et radiophoniques et de pressions sur le Parlement, a été examiné pour la première fois par les députés en juillet 2017. C’est l’attaque au couteau contre deux policiers le 1er novembre dernier, ayant entrainé l’assassinat d’un agent de la circulation...

Lire la suite
Guatemala: Les tribunaux compromettent la lutte contre l’impunité, selon HRW
13.11.17
Human Rights Watch

Le Guatemala risque de faire marche arrière sur les remarquables progrès réalisés pour traduire en justice les personnes impliquées dans des affaires de corruption et divers abus si les plus hautes juridictions du pays ne mettent pas un terme aux retards démesurés qui empêchent d’influents suspects de faire l’objet d’un procès, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Le rapport de 56 pages, intitulé « Running Out the Clock: How Guatemala’s Judiciary Could Doom the Fight against Impunity » (« Le temps s’écoule : Comment le système judiciaire guatémaltèque compromet la lutte contre l’impunité ») décrit les retards répétés et injustifiables caractérisant plusieurs affaires pénales présentées devant la...

Lire la suite
«Au Yémen, la situation humanitaire se dégrade plus vite que notre capacité à y répondre », selon le Président du CICR
«Au Yémen, la situation humanitaire se dégrade plus vite que notre capacité à y répondre », selon le Président du CICR
07.12.17
Frédéric Burnand Genève (de notre correspondant)

La mort violente de l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh, après son appel du pied à l'Arabie saoudite, risque d'alimenter la "guerre par procuration" au Yémen entre Ryad et Téhéran, selon certains analystes, alors que d’autres la voient une possible fin du conflit. Le CICR constate, lui, que la situation humanitaire ne cesse de s’aggraver, comme l’explique son président Peter Maurer.  Samedi dernier, 48 heures avant d'être tué par ses anciens partenaires - les rebelles houthis soutenus par l'Iran - Ali Abdallah Saleh s'était dit prêt à "tourner la page" avec l'Arabie saoudite, une initiative aussitôt saluée par la coalition militaire commandée par Ryad et qui combattait l'alliance Houthis-Saleh depuis 2015.  Alors que le conflit...

Lire la suite
Colonisation: Macron prône une "réconciliation des mémoires"
03.12.17
AFP

Emmanuel Macron a prôné une "réconciliation des mémoires", rejetant "déni" et "repentance" pour la colonisation, dans un entretien à la chaîne TraceTV diffusé dimanche. Interrogé à distance par une Française d'origine congolaise sur d'éventuelles mesures de "réparation", le président français, qui vient d'effectuer une tournée en Afrique de l'Ouest et s'apprête à aller en Algérie, a estimé que "la réparation est mémorielle". "Cette jeune femme n'a pas vécu la colonisation, donc elle ne peut se construire sa vie, son projet de vie, la relation avec le pays où elle est, la France, avec ça. Je vais pas dire +la France doit verser un subside, ou reconnaître ou indemniser+, ce serait totalement ridicule. En termes de mentalité, c'est pas...

Lire la suite