Massacre du 28 septembre 2009 à Conakry, en Guinée : procès en 2018 ?

Massacre du 28 septembre 2009 à Conakry, en Guinée : procès en 2018 ?
Aïssatou Barry, à Conakry
18.01.18
Aïssatou Barry, à Conakry

L’enquête est enfin bouclée plus de 7 ans après les faits. Le 29 décembre 2017, le ministre d’Etat guinéen en charge de la Justice, Cheik Sacko, a annoncé la fin de l’instruction judicaire sur le massacre du 28 septembre 2009 et le renvoi des prévenus devant le tribunal criminel. Ce jour-là, la junte militaire alors au pouvoir avait réprimé...

Lire la suite

FOCUS PAYS

Gambie: un an après le départ de Jammeh, les libertés avancent, l'économie piétine
AFP 20.01 - Au soir du 21 janvier 2017, les Gambiens pouvaient à peine croire être délivrés de la poigne...
Pérou: le pape appelle à lutter contre "le virus" de la "corruption"
AFP 19.01 - Le pape François a appelé vendredi à Lima à lutter contre "le virus" de "la...
En Amazonie, le pape s'insurge contre les violences faites aux femmes dans une "culture machiste"
AFP 19.01 - Le pape François, pour la première fois en Amazonie vendredi dans le sud-est du Pérou, s'est...
La semaine judiciaire
AFP 19.01 - Voici, sous réserve d'ajournements ou de renvois, le calendrier des audiences et...
Robert Gambier- "Il faut que le monde sache"
Ginette Garbaye- les tortures
Ginette Garbaye- "La peur a changé de camp"
Voir plus de vidéos

Suivez nous

Cette semaine

L’impunité, le prix à payer pour la démocratie en Afrique ?
L’impunité, le prix à payer pour la démocratie en Afrique ?
16.01.18
The Conversation

 La mise à l’écart en douceur de Robert Mugabe au Zimbabwe, en novembre 2017, a réactivé le débat sur l’impunité en Afrique et sur son rapport avec l’avancée du processus démocratique. Blanchir les dictateurs de tous les crimes qu’ils ont commis est-il le prix à payer pour retrouver la paix civile et pour revenir à la démocratie ? En effet, le cas de Mugabe n’est pas isolé. Avant lui, le départ de Yahya Jammeh en Gambie(janvier 2017) avait été négocié contre la promesse de le laisser quitter son pays sans être inquiété. À cette occasion, l’autocrate déchu avait choisi avec soin son pays...

Lire la suite
Au Togo, de l’argent frais pour remplacer la justice
Au Togo, de l’argent frais pour remplacer la justice
15.01.18
Maxime Domegni, à Lomé

Au Togo, les indemnisations financières semblent devenues le  seul moyen de réparation des préjudices causés par les pouvoirs et agents publics aux citoyens. Aucune des dizaines de plaintes déposées n’a été instruite à ce jour, les bourreaux, presque toujours les mêmes, sont toujours aux affaires et continuent de sévir, allongeant impunément leurs listes de victimes.  « Le HCRRUN veillera à faire servir à la victime le montant correspondant au degré de préjudice subi sans y ajouter ni retrancher un centime ». Le Haut-commissariat à la réconciliation au renforcement de l’unité nationale...

Lire la suite
Crimes contre l'humanité: libérés sans avoir purgé toute leur peine
Crimes contre l'humanité: libérés sans avoir purgé toute leur peine
05.01.18
AFP

Plusieurs condamnés pour crimes contre l'humanité, à l'instar de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori, ont bénéficié de libérations anticipées, de nazis jugés à Nuremberg jusqu'à des militaires argentins. - Seconde guerre mondiale - Walther Funk L'ancien président de la Reichsbank entre 1939 et 1945 est condamné en 1946 par le tribunal de Nuremberg à la perpétuité pour avoir accepté l'or extorqué par les SS aux déportés. Il est libéré en 1957 pour raison de santé. Erich Raeder Le commandant en chef de la Marine allemande jusqu'en 1943 est condamné à Nuremberg à la prison à...

Lire la suite
"Au Burundi, l'impunité pour les crimes reste la norme", selon Human Rights Watch
"Au Burundi, l'impunité pour les crimes reste la norme", selon Human Rights Watch
19.01.18
Human Rights Watch

"Meurtres, enlèvements, actes de torture, arrestations... La répression visant opposants politiques réels ou potentiels, journalistes et activistes des droits de l'homme s'est poursuivie au Burundi en 2017, selon le rapport annuel de Human Rights Watch (HRW) publié ce jeudi 18 janvier. Et dans sa détermination à sévir contre son peuple dans l'impunité la plus totale et loin des regards étrangers, le régime du président Pierre Nkurunziza a déclaré persona non grata tout enquêteur étranger. La crise politique et des droits humains qui a commencé au Burundi en avril 2015, quand le...

Lire la suite

Par Région

Gambie: un an après le départ de Jammeh, les libertés avancent, l'économie piétine
Gambie: un an après le départ de Jammeh, les libertés avancent, l'économie piétine
20.01.18
AFP

Au soir du 21 janvier 2017, les Gambiens pouvaient à peine croire être délivrés de la poigne de fer de Yahya Jammeh. Un an après, le climat politique s'est adouci dans le pays, mais les difficultés économiques perdurent. Ancien militaire parvenu au pouvoir par un putsch sans effusion de sang en 1994, Yahya Jammeh s'était fait largement élire et réélire sans interruption jusqu'à sa défaite en décembre 2016 face au candidat de l'opposition, Adama Barrow. Son départ en exil pour la Guinée Equatoriale - épilogue d'une crise à rebondissements provoquée par son refus de céder le pouvoir - a suscité d'immenses espoirs dans cette ex-colonie britannique enclavée dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des...

Lire la suite
Pour qu'il les aide, des indigènes péruviens donneront un arc au pape
Pour qu'il les aide, des indigènes péruviens donneront un arc au pape
18.01.18
AFP

Un arc et une flèche: c'est le cadeau symbolique que remettra vendredi une communauté indigène péruvienne au pape François afin qu'il les défende et réclame pour eux les terres ancestrales dont ils ont été privés. "Nous sommes un peuple dépouillé de ses terres originelles", clame César Jojaje Eriney, 43 ans, président de la tribu Ese Eja de Palma Real, alors qu'il ajuste sa couronne de plumes de perroquets sur la tête et qu'il enfile son collier traditionnel, fait de dents de jaguar et de cochon sauvage. César voit la venue du pape "avec un regard d'espoir, afin que l'Etat péruvien nous rende nos terres" par son intermédiaire. "C'est l'unique fenêtre, l'unique opportunité". Dans cette communauté de 230 habitants, accessible...

Lire la suite
Hong Kong: le militant prodémocratie Joshua Wong à nouveau en prison
Hong Kong: le militant prodémocratie Joshua Wong à nouveau en prison
17.01.18
AFP

Joshua Wong, visage de l'immense mouvement prodémocratie de 2014 à Hong Kong, est depuis mercredi de nouveau en prison pour son rôle dans la "Révolte des parapluies", renforçant les craintes d'une emprise croissante de Pékin sur l'ex-colonie britannique. Le jeune homme de 21 ans a été condamné à trois mois de prison pour ne pas avoir respecté une ordonnance judiciaire exigeant l'évacuation d'un campement érigé durant les manifestations. Il avait plaidé coupable d'outrage à magistrat.  Il était en liberté sous caution en attendant l'examen d'un recours contre sa condamnation à six mois de prison pour un autre délit en lien avec les manifestations.     Joshua Wong "a joué un rôle majeur ce jour-là", a déclaré le juge Andrew Chan. "La...

Lire la suite
A Rome, le roi qui collabora avec Mussolini jugé sur les planches
A Rome, le roi qui collabora avec Mussolini jugé sur les planches
19.01.18
AFP

Un vrai procureur, de vrais témoins, trois juges et un immense portrait de l'accusé en uniforme d'apparat: 80 ans après la promulgation des lois anti-juives de Mussolini, Rome a jugé au théâtre le roi qui les a promulguées. Dans le cadre des initiatives de la communauté juive d'Italie autour de la journée de la mémoire de la Shoah le 27 janvier, "Le Procès" intervient quelques semaines après le retour discret en Italie de la dépouille de Victor Emmanuel III, roi d'Italie de 1900 à 1946, mort en exil en Egypte en 1948.  Sur la scène, la table des trois juges, tous d'éminents hauts magistrats, est frappée de la promesse affichée dans tous les tribunaux du pays: "La loi est égale pour tous". Le chef d'accusation ? Trahison de l'esprit...

Lire la suite